?

Log in

 
 
01 septembre 2004 @ 01:35
En exclusivité pour notre toute jeune édition via instantamots !
Ayez les nouvelles du monde sorcier, heure après heure !
N’attendez plus avec angoisse votre édition du matin !

26 août 1996, 17h



Application du plan VigiLord au secteur bancaire :

Licenciement massif à Gringotts.

_______


Un hibou de la plus haute importance est arrivé hier soir au siège de votre journal préféré : Gringotts, qui assure tous les services bancaires et notariaux de notre communauté, vient de nous annoncer, en exclusivité, que le conseil d’administration avait décidé de se passer désormais de ses employés non-gobelins à Gringotts même, ainsi que dans ses succursales du monde entier.

Mais laissons la parole à M. Ragnok, le nouveau chef du personnel, un jeune gobelin fort serviable, à la face grave, au sourire anxieux, que votre serviteur est aussitôt allé interviewer au sujet de cette décision surprenante :

« Nous n’avons pas pris, vous le comprenez bien, cette décision de gaieté de coeur. Certains de nos collaborateurs travaillent avec nous depuis plus de 30 trente ans et ont consacré tout comme nous leur vie au bon fonctionnement de Gringotts. Toutefois, nous ne l’avons pas pris non plus par légèreté de coeur : les temps se sont assombris, vous voyez bien ce que je veux dire... Le Ministère vous a tous averti du Retour de Vous-savez-qui : avec le plan VigiLord, il a pris d’énergiques mesures pour empêcher que l’histoire ne se répète.
Nous, à Gringotts, avons décidé de nous aligner sur les exigences sécuritaires du Ministère, et ce, afin d’éviter toute perturbation du système bancaire et monétaire mondial. Ce serait une catastrophe, nous en sommes bien conscients, si par Imperium ou autres corruptions de l’âme et du corps, les partisans de Vous-voyez-bien-qui venaient à découvrir les sorts de protection que nous utilisons, ou pire, avaient accès à certains coffres...
Malgré tout, nous tenons à vous rappeler qu’à l’heure actuelle rien n’est mieux protégé que l’établissement de Gringotts ! C’est uniquement pour continuer à garantir la qualité de notre service, la sécurité absolue de vos biens, que nous nous devons d’appliquer ce plan !
Bien sûr, aucune alerte sérieuse n’est pour l’instant à déplorer, néanmoins nous avons déjà eu une première affaire voici 5 ans, rappelez-vous... Et le détenteur du coffre fracturé, qui préfère rester anonyme, nous avait révélé que la main de l’Immonde Innommable devait avoir été déjà à l’oeuvre. »

En effet, chers lecteurs, début septembre 1991, une telle tragédie avait alors fait la une de notre journal dans la stupeur puis l’incompréhension générales : un coffre avait été forcé à Gringotts ! C’était censé avoir été l’oeuvre effectivement de la plus haute magie noire, seule à même de violer la sécurité de Gringotts... Avec VSQ désormais de retour, nous ne pouvons que craindre le pire !

« Nous, gobelins, qui gérons Gringotts depuis des siècles, avons le devoir de tenir compte de tous les dangers menaçant la banque, la seule banque des sorciers, tout comme le Ministère se doit de protéger notre communauté : notre mesure, certes stricte bien que malheureusement inévitable, est tout à fait en phase avec la politique de sécurité maximum qu’avec raison le Ministre actuel mène fort courageusement en Angleterre.
Nous sommes décidés, après de nombreuses délibérations, à éviter le maximum de risque, de stress, d’inquiétude, à nos clients, bien sûr, mais aussi à nos collaborateurs humains.
Car nous ne souhaitons pas non plus les mettre en danger davantage, alors que nous, gobelins, ne sommes pas aussi sensibles à la magie noire que les sorciers... et soyez assurés que nous protègerons Gringotts, la banque des sorciers, avant toute chose !
Nous tenons finalement à remercier chaleureusement les collaborateurs dont nous nous séparons tristement dès ce jour, pour le bien de tous, d’avoir aidé si longtemps Gringotts à prospérer ou à se protéger. Nous leur souhaitons bon vent et nous nous engageons à aider au mieux leur reconversion en attendant des jours meilleurs. »

Sur ces mots poignants quoique pleins d’espoir, M. Ragnok nous a raccompagnés, ses petites oreilles rabattues mais la démarche digne et fière, vers la porte où s’inscrivit en lignes de feu la devise de Gringotts :
« Entre ici étranger si tel est ton désir,
Mais à l’appât du gain, renonce à obéir,
Car celui qui veut prendre, mais ne veut pas gagner,
De sa cupidité, le prix devra payer.
Si tu veux t’emparer, en ce lieu souterrain,
D’un trésor convoité qui ne fut jamais tien,
Voleur, tu trouveras, en guise de richesse,
Le juste châtiment de ta hardiesse. »


C’est donc fort rassuré et le coeur léger que je quittais la célèbre banque. Nos gobelins, dans la droite et courageuse ligne de notre Ministre, M. Fudge, ont décidé de faire front contre l’atroce danger qui menace une nouvelle fois notre monde.
Nous tenons à souligner que les Gobelins n’ont pas pris des mesures économiques, car jamais Gringotts, en fait, ne s’est aussi bien portée ! Gringotts a simplement pris des mesures sécuritaires, des mesures nécessaires, des mesures de prudence. A notre époque, hélas si troublée, on ne peut guère reprocher un trop plein de prudence à notre banque, l’un des piliers de notre monde...
Ce serait une catastrophe à l’échelle mondiale si Vous-savez-de-quoi-je-parle venait à faire tomber sous son joug immonde la banque des sorciers ! Non, le conseil d’administration de Gringotts a parfaitement bien réagi, et, à temps !

Nous voilà donc tous fort aise : les briseurs de sorts ainsi que les autres employés de Gringotts n’auront sûrement guère à aller chercher loin du travail. Le Ministère lance des missions à tour de baguette. Les demandes en murs ou en protections diverses ont naturellement explosé depuis juin dernier. Cette décision sera donc sûrement encore plus utile que M. Ragnok ne l’escomptait...

Et nous irons encore deux fois plus confiants qu’avant déposer à Gringotts nos biens les plus précieux, y voir notre argent fructifier, y demander conseil sur notre patrimoine, y signer nos actes notariaux. Gringotts est plus inviolable, plus invincible, plus gardée que jamais !!


Pour La Gazette des Sorciers, toujours la première sur l’événement, votre serviteur,
F. Lasornette.
 
 
Humeur actuelle: scoop !
 
 
01 septembre 2004 @ 02:23
Poudlard, le 26 août 1996 au soir.

Cher ami,

Nous venons tout juste d’apprendre la nouvelle de votre licenciement, comme du licenciement de tous les sorciers humains de chez Gringotts.
Dans le cadre des rapports que vous nous aviez envoyés au sujet de la dégradation des relations entre employés humains et gobelins au sein de Gringotts, Dumbledore reste très dubitatif quant aux significations avancées par le Ministère ou par la Gazette au sujet de cette soudaine décision, qui vous a sûrement pris vous comme nous par surprise.
Cette décision est très dérangeante. Non seulement nous perdrons tous nos yeux-et-oreilles au sein de Gringotts, mais bien qu’il en aille sûrement de même pour les Mangemorts, il est vital que les gobelins ne se coupent pas aussi radicalement du monde sorcier. Auriez-vous eu vent aujourd'hui de quoi que ce soit de neuf à ce propos, au vu de cette décision que les gobelins viennent d'appliquer ? Désirent-ils simplement rester totalement neutres, ne pas être influencés par la lutte en cours ?

Cependant, cette nouvelle qui nous prend tous de court, nous soulage en un sens. D’un mal sortira peut-être un plus grand bien, tels furent les mots de Dumbledore.

En effet, comme vous le savez bien, en dépit de nos efforts nous n’avons toujours pas trouvé un nouveau et fiable Professeur de Défense Contre les Forces du Mal pour l’année à venir, qui remplisse tous les critères de tout le monde.
Nous aimerions bien sûr éviter à tout prix le désastre de l’année dernière, en étant contraint d’accepter à nouveau un autre professeur mandaté par le Ministère.
Dumbledore reçoit moult hiboux du Ministère chaque jour, le priant d’augmenter la sécurité (comme si nous ne l’avions pas déjà fait depuis plus d’un an...), exigeant un certificat de bonne conduite des professeurs, allant jusqu’à questionner le recrutement de nos élèves !! C’est inadmissible ! Ils reprennent exactement les méthodes de l’année dernière, appliquées à leurs anciens amis Serpentards cette fois-ci, et ils font comme si l’année dernière ne leur avait pas servi de leçon. Je ne vous parle même pas des parents d’élèves. Ils sont presque pires.
Enfin, puisque vous êtes libre, que vous avez, à notre sens, toutes les qualifications requises, et comme vous avez émis le voeu à maintes reprises de rester en Angleterre, nous vous proposons ce poste.
Nul ne pourra trouver à redire à un ancien Gryffondor Préfet-en-chef, ex-membre éminent des briseurs de sort chez Gringotts, dont le Père travaille au Ministère.

Si ce poste de Professeur de Défense contre les Forces du Mal vous agrée, je vous propose de nous rencontrer demain pour déjeuner à Pré-au-lard, afin de régler les derniers détails (livres, contenus des cours approfondis, appointements, etc.).

En attendant votre réponse, que nous espérons la plus prompt possible,
Soyez assurés de ma plus profonde considération,
Minerva McGonagall.


PS : un courrier « officiel » vous sera envoyé par hibou dès que possible. Saluez bien vos parents de ma part.
 
 
Humeur actuelle: légèrement fébrile
 
 
Ron Weasley
01 septembre 2004 @ 16:50
Harry??? tu me reçois là??
 
 
Humeur actuelle: curieux
Ambiance sonore: Le bruit des wagons qui tanguent
 
 
Petit message pour dire:
les hommes sont bêtes,
alors vive les chats!
 
 
Humeur actuelle: boredbored
Ambiance sonore: les bêtises de Dean Thomas
 
 
01 septembre 2004 @ 18:38
J'espère que cette chose fonctionne correctement...
Harry, Ron, j'espère que ça va. J'ai bientôt fini ma tournée des wagons, je
suis juste un peu retardée par deux petites 1ères années. Elles sont assez
patraques, le voyage, l'école, les parents loin... les changements quoi ! Elles
ont besoin d'être un peu rassurées, alors je reviendrai dans notre wagon dans
dix minutes, peut-être plus peut-être moins je ne sais pas trop
encore.
Comment ça se passe de ton côté Ron ? Tu ne t'es pas trop fait
bousculer ?
Et toi Harry, tu es toujours seul avec Ginny ou il y a eu du changement ?
 
 
Humeur actuelle: sympatheticsympathetic
Ambiance sonore: Les chouinements des deux petites